mardi 25 août 2015

Love Letters to the Dead - Ava Dellaira

Aux éditions Michel Lafon, 2014, 316 pages

Une simple rédaction demandée par un prof : écrire à un disparu. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande sœur May l'adorait. Et qu'il est mort jeune, comme May. Si elle ne rend jamais son devoir, très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres à Amy Winehouse, Heath Ledger... A ses confidents inattendus, elle raconte sa première année de lycée, sa famille décomposée, ses nouveaux amis, son premier amour. Mais avant d'écrire à la seule disparue qui lui tient vraiment à cœur, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s'est vraiment passé la nuit où May est décédée.





Mon avis -

En règle générale, je fuis tout ce qui est contemporain. Mais la couverture était très belle (merci aux éditions Michel Lafon pour avoir gardé la même que l'édition anglaise !), et j'avais envie de lire quelque chose de simple et sans prise de tête. Alors je me suis laissée tenter. Malheureusement, je n’ai pas été entièrement convaincue par ma lecture, et je ne sais toujours pas si oui ou non j’ai apprécié ce livre.

Le récit est raconté à la première personne par la plume fictive de Laurel, une jeune fille qui a perdu sa sœur et qui s’est toujours sentie coupable de sa mort. Néanmoins, elle m'a parue très autocentrée et parfois même égoïste. Cela m’a un peu (beaucoup ?) tapé sur les nerfs et je ne suis pas parvenue à m’attacher pleinement à son personnage. Les remords l’empêchent d’être elle-même et elle en vient d’ailleurs à vouloir ressembler à sa défunte sœur, tant elle l'admirait. Comme on peut le deviner au nom du livre, elle va se mettre à rédiger des lettres à des personnalités décédées, un peu comme on le ferait avec un journal intime. C’était à la base un devoir, mais elle va petit à petit confier ses peines et ses secrets à ses personnes de l'au-delà, et s’inspirer de leur courage pour apprendre à s'ouvrir aux autres et être pleinement elle-même. 

Contre toute attente, ce sont les personnages secondaires qui m’ont vraiment conquis. Hannah, Natalie, Kristen et Tristan, les amis de Laurel au lycée, dégagent à eux tous quelque chose de vraiment fort. Ils sont travaillés en profondeur, ce qui leur apporte un côté réaliste et sincère que j’ai adoré. Ils font des bêtises, mais ils ont aussi une philosophie, une manière de penser qui a su me séduire. Je pense notamment à Tristan qui est toujours de bon conseil et qui agit comme un grand frère à l’égard de Laurel.

Deux points négatifs que je retiens de ce roman : l’adoration un peu trop poussée de Laurel envers sa sœur (limite irréaliste…), et le côté sex, drug and rock’n’roll des personnages. Il me semble que Natalie, Hannah et Laurel ont quelque chose comme 15 ans, et pourtant ça fume, ça boit, ça fait le pont la nuit et certaines ne sont déjà plus vierges. Alors je veux bien qu’à 15 ans on soit en pleine rébellion, mais… à ce point ?! J’ai eu beaucoup de mal à digérer ce fait, et c’est en très grande partie ce qui m’a empêchée de considérer ce livre comme un coup de cœur.

Car si je ne suis pas tombée sous le charme du livre, le style de l’auteur ne m'a pas laissée de marbre. La plume de l’auteur est enchanteresse. C'est fluide, ça vient tout seul et c'est empreint de sérénité et d'émotion. Il réside entre ses mots une véritable poésie. Ava Dellaira a su faire de Love Letters to the Dead un véritable hymne à l’espoir et à l’amitié. J'espère bientôt pouvoir retrouver sa plume dans un nouveau roman (qui me plaira davantage si possible), car j'en suis réellement tombée amoureuse.

Ma note : 7 / 10


« Et peut-être que grandir, c'est comprendre qu'on peut être autre chose qu'un personnage qui va là où l'histoire le pousse. C'est comprendre que cette histoire, on peut aussi en être l'auteur. »

5 commentaires:

  1. Je suis entièrement d'accord avec toi et je rajouterais même que les lettres, on les oublie. L'écriture n'est épistolaire que dans le fond mais pour la forme... des dialogues dans une lettre ? Et puis surtout, elle parle aux personnes décédées au début du roman mais plus après. Enfin pas tellement. Je ne sais pas si j'ai aimé ce livre ou pas, moi aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est aussi ce que j'ai pensé, et j'ai trouvé ça vraiment dommage. Surtout que l'idée de départ est intéressante... Je pense qu'Ava Dellaira n'a pas su bien délimiter la limite entre lettre et journal intime. En tout cas, contente de voir que je ne suis pas la seule autant mitigée !

      Supprimer
  2. Olala les points négatifs dont tu parles me rebutent beaucoup à cette lecture.. Enfin, ça me bloque déjà, alors imagine si je venais à lire ce roman, je pense que j'en aurais vite marre. Cependant, la couverture est très jolie et j'ai lu beaucoup de bons retours, donc j'ai tout de même l'envie de découvrir ce roman. Si je parvenais à l'emprunter à quelqu'un, ce serait parfait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, désolée. Oui, j'ai lu aussi pas mal d'avis positifs et peut-être que j'ai dû placer la barre trop haute à cause de ceux-ci, car du coup je m'attendais à quelque chose de vraiment "wahou"... En tout cas, je te souhaite de pouvoir lire ce livre ! Ce n'est pas non plus une catastrophe et peut-être te plaira-t-il plus à toi qu'à moi ! :D

      Supprimer
    2. Oh, mais ne soit pas désolée haha ! Au moins, je ne m'attends justement pas à quelque chose de " wahou " et je sais qu'il y a des choses que je risque de ne pas trop apprécier, donc au moins je ne serais pas déçue sur ce point là. ^^

      Supprimer