vendredi 31 juillet 2015

Endgame T1, L'Appel - James Frey & Nils Johnson-Shelton

Aux éditions Gallimard, 2014, 544 pages

ENDGAME EST UNE RÉALITÉ. ENDGAME A COMMENCÉ.

Douze jeunes élus, issus de peuples anciens. L'humanité tout entière descend de leurs lignées, choisies il y a des milliers d'années. Ils sont héritiers de la Terre. Pour la sauver, ils doivent se battre, résoudre la Grande Énigme.
L'un d'eux doit y parvenir, ou bien nous sommes tous perdus. Ils ne possèdent pas de pouvoirs magiques. Ils ne sont pas immortels. Traîtrise, courage, amitié, chacun suivra son propre chemin, selon sa personnalité, ses intuitions et ses traditions.
Il n'y aura qu'un seul vainqueur.




Mon avis - 

Un page-turner imparfait. C'est ce que j'ai pensé en finissant ma lecture de ce premier tome.

Intitulé Endgame, le livre pourrait faire croire qu'il s'agit d'un remix de Hunger Games. Que nenni ! Ici, la fin du monde est proche et un dieu/extraterrestre (?!) nommé kepler 22b réunit les descendants de plusieurs anciennes tribus dont la victoire au jeu garantira la survie de leur peuple. C'est un peu tiré par les cheveux, mais c'est un concept accrocheur. Dommage, car il reste malheureusement très incomplet et vague. James Frey et Niles Johnson-Shelton ne nous donnent que très peu d'éléments de compréhension dans ce premier tome.

Ceci mis à part, on ne s'ennuie pas au fil de notre lecture. Les actions s'enchaînent, les alliances comme les meurtres. Endgame n'est pas à la base un jeu où tuer fait partie des règles, mais c'est à qui sera le premier à résoudre les énigmes posées par ce peuple ancestral, et tous les coups sont permis. Avec un tel rythme, c'est là un de ces livres que l'on ne veut pas lâcher tant qu'on ne l'a pas entièrement terminé.

Malheureusement, j'ai également rencontré beaucoup de points négatifs. Déjà, le style de l'auteur, qui est assez particulier. Les phrases sont brèves et cadencent la lecture, les descriptions sont bien menées et très détaillées, chiffres à l'appui. Autant j'ai trouvé que ça marchait bien, autant c'était déstabilisant. Certes sans doute pour s'immerger davantage dans l'esprit d'énigme etc., mais c'est peut-être un peu excessif. Savoir que « Baitsakhan a 13 ans depuis 7,23456 jours » ne me semble pas ce qu'il y a de plus intéressant...

Viennent ensuite les personnages, aka le gros point faible de l'histoire à mes yeux. Trop nombreux, au caractère ou à la personnalité pas assez travaillés, et beaucoup n'apportent pas grand-chose à l'histoire. J'ai eu énormément de mal à retenir qui était qui, et le fait que ceux-ci emploient majoritairement leur nom de tribus pour se désigner entre eux n'était d'aucune aide. Pour en revenir à leur personnalité (quasi-inexistante), ils sont tous obnubilés par leur énigme et l'idée de se débarrasser des autres, les relations qui se tissent tombent un peu comme un cheveu dans la soupe. Bref, il s'agit d'une salade très très fade de personnages. Résultat, je pensais m'attacher à ne serait-ce qu'un protagoniste, mais rien.

Endgame L'Appel a du potentiel, qui n'a pas été bien exploité à mes yeux. Le second tome est annoncé pour cet octobre, j'espère qu'il répondra à mes questions !

(Ah oui, et je n'ai strictement rien compris à l'énigme proposée aux lecteurs. Je serais une très mauvaise Joueuse...)

Ma note : 7 / 10